Formule 4 France-FIA : Double victoires d’Isack Hadjar avec l’art et la manière !

Isack Hadjar Le Castellet Novembre 2020. ©Twentyonecreation

Le jeune pilote de Formule 4, le prodige franco-algérien Isack Hadjar a remporté deux courses lors de cet avant dernier week-end de clôture du championnat de France dans une saison 2020 que les contraintes de la crise sanitaire mondiale ont chamboulé jusque dans ses dernières manches, avec la déprogrammation des courses prévues sur les circuits du Mans et de Lédenon et leur remplacement par deux manches successives sur le circuit du Castellet.  

C’est donc sur ces trois journées des 13, 14 et 15 novembre qu’Isack Hadjar s’est adonné à de la compétition automobile de très haute performance, sur ce circuit du Castellet qui accueille habituellement le Grand Prix de France de Formule 1, excusez du peu. Âgé d’à peine 16 ans, et déjà à sa deuxième saison de Formule 4 FIA dont il a été l’an dernier, rappelons-le, avant même de boucler ses 15 ans, le plus jeune vainqueur de l’histoire de la catégorie, après s’être imposé sur le mythique circuit de Spa Francorchamps, juge de paix en matière de pilotage où se déroule depuis des décennies et à ce jour, le Grand Prix de Belgique de Formule 1, Ré-excusez du peu. 

C’est donc un jeune pilote qui n’a plus rien à prouver en Formule 4 que la presse spécialisée et les observateurs avertis attendaient pour cette course, lui qui a signé de belles « Remontadas » lors de cette saison, partant parfois au gré des soucis de course, du fond de grille pour finir souvent sur le podium. Hadjar dont le programme de cette année comme celui de l’an dernier souffrait du manque flagrant d’essais et d’entrainements, faute de disposer des mêmes moyens financiers que ses adversaires, a forcé le respect de tous tant ses prestations transcendaient ses difficultés budgétaires. 

Du coup, pour ces épreuves du Castelet, Isack Hadjar était attendu « aux virages de Signes et du Beausset » et ce fut le week-end quasi parfait. Auteur dès Vendredi matin des deux meilleurs temps durant la séance de qualification qui définissent les positions de départ pour les courses 1 et 3, Hadjar n’a pas tremblé à l’extinction des feux en course 1, réalisant le meilleur tour en course et ne laissant aucune chance à ses concurrents de venir le titiller, ou même de se rapprocher de lui, s’envolant vers une première victoire tant attendue cette saison. Le leader du championnat de France, le japonais Ayumu Iwasa, et l’allemand Valentino Catalano complétèrent le podium.

©Twentyonecreation

Le samedi, à la faveur de la règle de la grille inversée, (le classement de la grille de départ étant défini sur l’ordre inverse des 10 premiers à l’arrivée de la course 1), c’est de la 10e place que s’est élancé Isack, et a joué de maturité et de prudence dans les premiers virages, pour ne pas se faire piéger au milieu du peloton, avant d’aller à l’assaut des places de devant, et faire une « mini-remontada », et finir à la 3ème place du podium, derrière Sami Meguetounif et Romain Leroux.

La course 3, le dimanche matin, s’est jouée à l’expérience, la maturité, et à la malice d’Isack ! Ayant raté son départ, il n’a pu pointer qu’en seconde place au premier virage, mais c’était loin de décourager ou démotiver le franco-algérien, qui n’a laissé aucun moment de répit au leader Iwasa. En effet, il est resté blotti dans l’aileron du japonais quasiment toute la course, se donnant la réplique dans la réalisation du meilleur tour en course, mais c’est Isack qui aura le dernier mot, en réussissant une manœuvre difficile mais imparable, dans le fameux double droit du Beausset, où Iwasa ne l’attendait guère, et ce juste avant d’entrer dans le dernier tour en course ! Il dépose le japonais sur place, et se donne de l’air pour aller franchir la ligne d’arrivée à la première place 1 seconde plaine devant son concurrent, s’offrant ainsi la 3ème victoire de sa carrière, la seconde pour clôturer un week-end presque parfait ! 

Isack Hadjar: Arrivée Course 3. ©Pierre Sancinéna

A une course de la fin de la saison 2020, qui aura lieu ce week-end sur le même circuit, mais avec une version plus courte du tracé, Isack Hadjar pointe à la 3ème place du Championnat derrière les deux japonais Ayumu Iwasa et Ren Sato. Si ce n’était cette Armada japonaise composée de ces deux pilotes sur-expérimentés chez eux et expatriés en Championnat de France à coup de moyens illimités, soutenus notamment par le géant de l’automobile HONDA, Isack Hadjar, serait probablement déjà titré champion, mais le sport automobile a des raisons que la raison ne peut pas connaitre, et Hadjar a tout de même et surtout conquit son monde, preuve en est, son nom est sur les tablettes des plus grandes écuries européennes de Formule 3 où les premiers essais qu’il a réalisés ces dernières semaines ont confirmé tout le bien qu’on pense de lui. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s