Vettel quittera Ferrari fin 2020, quelles suites?

F1 Grand Prix of USA - Qualifying
AUSTIN, TEXAS – NOVEMBER 02: Second place qualifier Sebastian Vettel of Germany and Ferrari celebrates in parc ferme during qualifying for the F1 Grand Prix of USA at Circuit of The Americas on November 02, 2019 in Austin, Texas. Dan Istitene/Getty Images/AFP

Après 6 saisons passées à Maranello, la Scuderia Ferrari vient d’annoncer que le contrat de Sebastian Vettel qui arrive à terme en fin de saison, ne sera pas reconduit. « L’équipe et moi-même avons réalisé qu’il n’y avait plus de désir commun de rester ensemble, je prendrai le temps nécessaire pour réfléchir à ce qui compte réellement » a déclaré l’allemand après cette annonce.

Arrivé en 2015 avec 4 titres de Champion du Monde dans ses bagages, après une saison 2014 pleine de désillusion pour les deux parties, Vettel ayant fini 5e se faisant surclasser notamment par son nouvel équipier Ricciardo, et Ferrari 4e très loin derrière le Champion Mercedes, les deux parties et les observateurs pensaient voir reformer le duo Schumacher-Ferrari et ramener la Scuderia au sommet.

Tout avait pourtant quasiment bien commencé pour l’association. Vettel faisait de nouveau raisonner Fratelli d’Italia (hymne italien) dès la seconde course en Malaisie, pour la première fois depuis le Grand Prix d’Espagne 2013. S’en suivirent deux autres succès en Hongrie et à Singapour, pour terminer 3ème au classement des pilotes et 2nd chez les constructeurs, derrière Mercedes, tout comme l’avait réalisé le duo Schumacher-Ferrari en 1996 . Pourtant une autre année vierge rattrapera Ferrari en 2016, qui finira 3ème cédant la seconde place à Redbull, et Vettel 4e derrière Ricciardo.

Après le départ de James Allison, Mattia Binotto prendra en charge le développement technique. L’association Arrivabene-Binotto-Vettel avait l’air de porter ses fruits dès 2017, où Vettel aura été un sérieux concurrent dans la course au titre face à Lewis Hamilton, mais un accrochage au départ du Grand Prix de Singapour avec Verstappen et Raikkonen, mais surtout une panne de bougie à Suzuka auront eu raison des efforts de ramener le titre qui échappait à Maranello depuis 2007 !

C’est encore plus fort que le duo Vettel-Ferrari est revenu en 2018, menant même le classement du Championnat du Monde, et ce avant le mois de Juillet où tout s’est joué ! Lorsque vers la fin du mois de Juillet Sergio Marchionne, alors Président de Ferrari décède des suites d’une maladie, et laisse derrière lui une bombe à retardement… Un précontrat signé avec Leclerc pour 2018.

En effet, Marchionne avait fait signer au jeune monégasque un précontrat qui le lierait automatiquement à Ferrari en cas de bons résultats en 2018 chez Alfa Romeo. Leclerc avait impressionné tous les observateurs, et confirmé tout le bien qu’on pensait de lui, il aura pu mener sa modeste Alfa Romeo à la 6e place à Baku, et finir 3 autres GP consécutivement dans les points, au Canada, en France et en Autriche. L’arrivée donc de Louis Camilleri à la tête de la Scuderia ne fera que sceller le contrat de Leclerc, poussant Raikkonen vers la sortie, contre l’avis d’Arrivabene et de Vettel (naturellement) et chambouler ainsi toute une organisation interne bâtie autour du pilote allemand à la conquête du Titre. La pôle position de Raikkonen à Monza son passage en force à la première chicane au départ le lendemain pendant la course en étaient la parfaite illustration.

2019 fut une année plus difficile, Arrivabene parti à l’intersaison, remplacé par Binotto, la voiture était tout simplement « mal-née », et souffrait sur le plan aérodynamique face à Mercedes. De son côté Vettel a très mal géré la pression mise par son nouvel équipier, qui voulait clairement être tout, sauf le Numéro 2 ! des tensions sont ainsi apparues entre les pilotes, avec comme « point de non-retour » l’accrochage au Brésil qui les aura mis tous deux au tapis, mais qui aura également privé Leclerc de la 3e place au Championnat du Monde.

Aujourd’hui alors que la saison n’a même pas encore commencé, à cause de la pandémie du Coronavirus qui frappe le Monde actuellement, Vettel et Ferrari annoncent donc leur séparation. Mais qu’en sera-t-il de la suite ? Quelles options s’offrent à Vettel ? et quelles sont celles aux mains de Ferrari pour le replacer ?

Pour l’Allemand certaines portes devraient s’ouvrir à lui, et le choix ne lui reviendra qu’à lui quand la destination à prendre après Maranello. Mclaren qui sera propulsée par un moteur Mercedes en 2021 semble intéressée par le profil de l’allemand, d’autant que sur le point de vue marketing, la marque à l’étoile verrait certainement d’un bon œil la venue du quadruple Champion du Monde allemand. Une autre porte pourrait aussi s’ouvrir à lui, Renault ! l’écurie d’Enstone pourra se séparer de Ricciardo pour accueillir Vettel, à condition que celui-ci consente un effort financier pour son salaire (celui-ci dépasse actuellement les 40 millions d’Euros chez Ferrari), effort que devra consentir Ricciardo également s’il veut rester à Enstone. En effet ce dernier aura été loin des attentes placées en lui du haut des 30 millions d’Euros offerts pour son salaire, ou alors chez Mercedes ! Toto Wolff déclare ne pas « ignorer la nouvelle du départ de Vettel de Ferrari ». Et ce dans le cas où il resterait en F1, autrement d’autres destinations pourraient l’attendre à l’image de la Formule E, ou du DTM. (Étant attaché à sa « vie de famille », je le verrais très mal aller en Indycar aux États-Unis, voir même dans le championnat d’endurance).

asf
Ricciardo/ Sainz qui pour remplacer Vettel chez Ferrari?

Pour Ferrari, le choix se fera certainement en concertation voir même en accord avec Leclerc qui se retrouve désormais « officiellement » pilote N°1 de la Scuderia, et qui aura donc besoin d’un parfait N°2, et revenir ainsi au vieux schéma toujours utilisé par Ferrari. Et à ce titre, un seul profil correspondrait parfaitement à ça : Carlos Sainz jr.

Auteur d’une excellente saison en 2019 où il termine 6e, le jeune espagnol qui aura 26 ans en Septembre présente le profil idéal pour le poste. Moins doué et moins fort que Leclerc, mais capable de gagner avec une voiture qui lui donnera l’occasion de le faire, à l’image de ce que pouvaient être Barrichello ou Massa à l’époque de Schumacher. Sauf si la « french connexion » chez Ferrari (Mekyes – Directeur Sportif – Caron co-manager de Leclerc et ancien DTN de la FFSA) plaident en faveur de Gasly qui a en plus l’expérience d’avoir travaillé avec une écurie italienne. Ricciardo étant aussi sur « le marché », je ne vois pas Ferrari « oser » ce pari. Ricciardo déjà multiple vainqueur en GP ne viendra certainement pas faire de la figuration, il a déjà montré ça plus jeune chez Redbull en 2014. Autres pistes à balayer, Hamilton, même si certains médias en parlent, la gestion d’un éventuel duo Leclerc-Hamilton serait inimaginable chez Ferrari. Hulkenberg, certains médias en parlent également, mais Ferrari ne va certainement pas « risquer » d’investir dans une pilote qui sera resté une année loin des circuits, tout comme ça sera le cas pour Alonso, qui aura la double tare d’être resté encore plus longtemps loin de la F1, en plus de son départ de Ferrari qui ne s’est pas fait sans fracas.

Quoi qu’il en soit, il reste cette saison à Vettel pour réaliser son rêve, devenir Champion du Monde avec Ferrari et rejoindre son ami Raikkonen au palmarès, ou alors échouer comme l’a fait Alonso avant lui. Mais une chose est sûre, Ferrari n’aimerait pas voir le N°1 sur le museau d’une autre voiture en 2021.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s