FormuleE : Qui sera le Prince de Monaco ?

IMG_8009.JPG
Mitch Evans (Jaguar Panasonic) vainqueur à Rome

Deux semaines après le EPrix de Paris, qui a mis un terme à l’incroyable série de 7 pilotes différents en pole position lors des 7 premières courses, la FormueE, dans sa génération 2 nous emmène sur la version courte du mythique circuit de Monaco. Sur une distance d’1,765Km, le tracé monégasque est le plus court du calendrier annuel.

En alternance avec le fameux Grand Prix Historique de Monaco, la Formule E pose ses bagages à Monaco pour la 3èmefois depuis sa création. Elle fut d’ailleurs la première étape européenne de la nouvelle discipline en 2015.

Si la série des « polemen » a été brisée à Paris par Oliver Rowland (Nissan e-DAMS), déjà poleman à Sanya un mois plus tôt, celle des vainqueurs reste toujours d’actualité notamment depuis la belle victoire de Robin Frijns (Envision Virgin Racing), qui place l’incroyable série à 8 vainqueurs différents, (de 8 nationalités différentes), lors des 8 premières courses de la saison.

 

Fin de série, ou 9edifférent ?

Personne n’aurait parié au début de cette 5esaison que nous aurions cette incroyable série, surtout pas avant l’accrochage entre les deux pilotes BMW iAndretti Da Costa (Por) et Sims (GB), le portugais déjà vainqueur de la manche d’ouverture en Arabie Saoudite, menait la course à cet instant.

Le système de qualification devrait encore une fois nous donner une grille de départ en « Patchwork », mais celle-ci devrait tout de même « avantager » deux pilotes qui n’ont pas encore remporté de course cette saison, à savoir Pascal Wehrlein, poleman puis leader malheureux du EPrix de Mexico, et le seul poleman et vainqueur qu’à connu la principauté en Formule E, le suisse Sebastien Buemi. Mais pour cela, il faudrait que la « mécanique » tienne, ou de ne pas se faire piéger dans les rue exigües et sinueuses de Monaco, où sa première édition a donné lieu à la course avec le moins de voitures classées à l’arrivée (à peine 13).

Cependant, des pilotes à l’image de Di Grassi (Audi ABT Schaeffler), deux fois second ici, ayant notamment fini dans les roues du suisse en 2017 (à 0,320 sec), mais aussi vainqueur à Mexico, voudront mettre un terme à la série, mais surtout ne pas perdre le contact avec la première place du classement du championnat du monde, occupée par le dernier vainqueur en date, Robin Frijns avec 81 points, où 25 points (une victoire) à peine séparent le leader de son équipier Sam BIRD (9eau classement général), dans un championnat plus que disputé, et à seulement 5 courses du damier final le 14 Juillet prochain, dans les rues de New York.

Pour suivre cette bataille, la Formule E nous donne rendez-vous ce samedi, à partir de 15h34 (Heure d’Alger) pour le départ de la course, à suivre en directe sur Numidia TV.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s